Du côté des salauds

Share Button

Le vœu se réalise.

C’est bien beau tout ça.

Mais le plus intéressant c’est l’après.

Tu sais, « après », après la lune de miel,

après l’état de grâce

quand le drame se poursuit,

quand tes œillères sont percées,

quand tu t’aperçois que t’en chies toujours autant.

On va faire quoi ? Ramasser à la pelle les cendres de nos amours fumantes ?

Je lui reproche de jamais être là pour moi.

Non, pas jamais. Mais très peu. Trop peu.

Jamais.

Parce qu’on se voit jamais, tout simplement.

Elle me reproche de toujours faire le pitre.

Non, pas toujours. Mais en soirée. En public.

Toujours.

Parce que ça la gène. Parce que, selon elle, aux yeux des gens je finis par être stupide et que c’est contagieux.

Mais putain ouvre les yeux Marlène ! Je suis toujours comme ça !

Quand on est à deux, rien qu’à deux, le peu de fois qu’on est à deux, je les fais, mes pitreries grotesques !

Les blagues sur les porcs tout gais.

La descente des escaliers.

Le ventre qui chante « Don’t worry be happy ».

Et je te vois sourire, je te vois même rire, parfois ! – aux éclats.

Incompatibles…

Non ?

Ce serait le diagnostic de tous les bons médecins, non ?

Alors une nuit, une énième nuit où tu es pas là,

Je glisse de l’autre côté,

presque par hasard, presque naturellement.

Tu sais, « de l’autre côté », du côté des salauds

quand tu te retrouves dans la chambre tamisée d’une de tes nouvelles potes

quelques verres de blanc dans la tête

Tu la regardes des bulles dans les yeux

flous – folle, jeunesse disparate .

Elle te regarde

proie facile et vulnérable.

« je vais pas te faire un dessin ? »

ce soir tu feras l’affaire

Mais je peux pas, je…

Elle agite un sachet

le coup de grâce.

Tu soupires.

MDMA…

Et puis merde

à quoi bon se retenir ?

Qu’est-ce qu’il y a de l’autre côté,

du côté des salauds,

à part ceux qui ont croqué la pomme jusqu’à en avaler les pépins.

Se retrouver sur son ventre

Sentir sa peau douce

Sniffer à même le nez toute la MD dispersée

jusqu’au dernier grain

coincé dans le cratère de son nombril

parfums d’alcôve

aimer ça

jouer encore

à ces jeux d’adultes – plus ou moins

consentants.

Jouer jouir choir

T’aimer comme ça

malgré ça malgré tout

du côté des salauds.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *